S. Durand......

Cela faisait bien longtemps que nous n'avions pas eu la possibilité de nous rendre en Corse pour aller observer les dauphins ! Dans le cadre des missions du GECEM, nous avons pu participer à 3 campagnes durant l'été et l'automne 2006 dont 2 présentées ici. Contrairement à 2003 où un voilier avait été loué et l'ensemble des côtes corses prospectées, cette année les efforts se sont concentrés principalement sur 2 des 3 secteurs définis dans le cadre du projet Life LINDA. Le protocole de nos missions est relativement simple. La zone d'étude est quadrillée à bord d'un zodiac pendant plusieurs jours d'affilés. L'intérêt est de pouvoir contacter plusieurs fois en quelques jours le ou les groupes de Grands Dauphins Tursiops truncatus présents sur la zone de recherche et d'observer la variabilité de la structure de chaque groupe. Sont notés lors de chaque rencontre l'espèce, l'effectif, les classes d'âge et tous les dauphins sont systématiquement (enfin s'ils veulent bien !) photographiés sous leurs profils gauche et droit.

Voici un petit résumé de ces sorties en mer et de quelques balades dans l'arrière pays corse

1ère mission

14 juillet 2006. Arrivée à Ajaccio dès 7h. Après un petit déjeuner sur le port en compagnie d'un adulte de Goéland d'Audouin Larus audouinii, départ en direction de la forêt d'Aïtone que l'on atteint par une route sinueuse. L'incontournable Gobemouche gris Musicapa striata tyrrhenica, de nombreuses Mésanges noires Parus ater, un immature d'Aigle royal Aquila chrysaetos survolant les pelouses alpines, mais pas de Sitelle corse Sitta whiteheadi. Les mi-journées de mi-juillet ne sont probablement pas les meilleures...Descente des magnifiques gorges de la Spélunca pour rejoindre les gardes de la réserve de Scandola que nous devons accompagner lors de leur tournée. Immenses falaises de rhyolite, orgues rhyolitiques, lahars... cette demi-caldeira couleur de feu qu'est Scandola plonge en a pic et contraste avec les eaux d'un bleu profond de la méditérranée. Vue de la mer, Scandola offre des paysages sauvages que tout visteurs de la corse ne devrait pas manquer. On comprend ainsi pourquoi cette réserve est classée par l'Unesco au patrimoine mondial de l'Humanité. Des plaisanciers, les navettes touristiques, des jetskis, cela fait pas mal de monde dans la réserve et les chances de voir des dauphins bien maigres. Heureusement d'autres habitants de la réserve se laissent observer. Les jeunes Cormorans huppés de Desmaret Phalacrocorax aristotelis, une 30aine en tout, se sont abrités au fond d'une petite calanque que survole un Balbuzard pêcheur Pandion haliaetus. Avant de mettre le cap sur le port, petit arrêt pour prendre un bain dans une eau proche de 28°c, un régal avant les deux heures de route qui nous attendent.

15 juillet 2006. Deux sorties sont au programme de la journée. Une matinale avec un départ à 6 heures. Ciel dégagé, pas de vent, mer plate, les conditions sont réunies pour observer du dauphin. Il faudra plus de 2h30 de recherche pour enfin contacter un petit groupe lâche de 7 Grands Dauphins. Ils sont en chasse et restent bien loin du bateau. Par contre, une fois la chasse terminée, ils n'hésitent pas à se rapprocher et à nager sous la bateau avant de s'éloigner définitivement. Ca tombe bien, nous devions rentrer aussi. En attendant le prochain départ, nous partons visiter une partie du Cap Corse. Principales observations : Fauvette sarde Sylvia sarda et Martinets alpins Apus melba. 15 heures, nous sommes de retour sur le port, entre temps, le vent s'est lèvé et la mer devient écumeuse. La sortie de l'après midi s'achève prématurément, les conditions sont trop difficiles pour observer des dauphins

Grands Dauphins Tursiops truncatus
La Restonica

16 juillet 2006. Retour sur Scandola. Accommagnés des gardes nous partons pour une sortie en mer qui va durer 7 heures. Rapidement nous tombons sur des Grands Dauphins en chasse puis très coopératifs. Nous passons 30 min en leur compagnie avant de les abandonner pour poursuivre notre prospection. La mer, une fois de plus, est ici un véritbale miroir alors que plus au nord, le vent de la veille continue de souffler. Du zodiac nous voyons passer une Raie pastenague Dasyatis pastinaca qui frôle la surface et quelques centaines de mètres plus loin, une nageoire que l'on identifie comme appartenant à un Poisson lune Mola mola. Une deuxième nageoire apparait et en nous rapprochant c'est une Raie manta Manta birostris qui lézarde en surface. 1,8 m de large pour 2.5 mètres de long, c'est une jeune mais elle est déjà impressionnante. Ne semblant pas farouche, nous nous mettons à l'eau pour nager durant quelques minutes en sa compagnie. Plutôt intriguée, elle viendra plusieurs fois se frotter au bateau et se laissera presque toucher (à quelques centimètres près !). Incroyable de croiser une telle bête dans nos eaux. Les gardes nous apprennent que l'espèce est devenue assez classique, surtout depuis la canicule de 2003 et que des adultes de 4 à 5 m sont observés... La raie finit après de nombreux ronds dans l'eau par sonder, là on ne peut plus suivre ! La journée aurait pu se terminer là, c'était déjà énorme mais non, il y avait encore de la bête dans ces eaux. 15 min plus tard, nouvelle alerte, un énorme tronc d'arbre sur l'horizon, baleine en vue, un ...Rorqual commun Balaenoptera physalis à 2.5 km des côtes. Malgré son allure débonnaire et ses 17 m, il avance assez vite. Nous restons à distance respectable (50 m est la distance préconisé dans le code de bonne conduite pour l'observation des mammifères marins) et lui il reste en surface. De petites apnées coulées d'une quinzaine de mètres puis il ressort et son souffle puissant se fait entendre. Parfois des apnées plus longues, 2 ou 3 minutes et déjà il est à plusieurs centaines de mètres. Après une dizaine de minutes en sa compagnie, nous le laissons s'éloigner et nous nous poursuivons notre route. Le reste de la prospection ne donnera rien de plus. Sur le retour, notre chemin va à nouveau croiser celui du rorqual qui semble apprécier le secteur. Quelques minutes en sa compagnie (c'est pas tous les jours que l'on a un rorqual sous la main !) et il se rapproche de notre bateau et le longe. Masque et tuba, la tête sous l'eau et c'est un colosse qui défile sous nos yeux. Une expérience unique pour quelques secondes inoubliables ! Que de souvenirs pour une seule journée ! Le soir sur le port d'Ajaccio, nous dégustons une pizza avec notre fidèle Goéland d'Audouin Larus audouinii puis embarquons en direction du continent

Raie manta Manta birostris
Rorquel commun Balaenoptera physalis
Baie d'Elbu, Scandola

 

2ème mission

11 septembre 2006. Départ de Marseille

12 septembre 2006 Arrivée à Bastia, 3 heures d'attente avant de prendre place dans le petit train côtier pour 3 heures de périple à travers les paysages de basse montagne, de rivières avec pour seuls habitants des Milans royaux Milvus milvus et quelques Corneilles mantelées Corvus cornix. En milieu d'éprès midi, arrivée sur la zone d'étude et départ pour une petite sortie en mer devant la réserve de Scandola. Rien de spécial si ce n'est deux Raies pastenagues que nous dérangeons quelques instants durant leur accouplement.

13 septembre 2006 Très belle et chaude journée. Le programme est assez chargé, en effet le territoire à couvrir est vaste et il nous faudra presque 12 heures pour le parcourir. La matinée commence bien avec un radeau de Puffins cendrés Calonectris diomedea qui s'affaire à pêcher alors qu'un Thon entame une série de sauts. On s'arrête une dizaine de minutes pour réaliser quelques clichés puis les pufins s'éloignent. Le reste de la journée par contre sera bien calme malgré un mer propice à l'observation. Côté piafs, un Balbuzard Pandion haliaetus et un adulte de Goéland d'Audouin Larus audouinii. En fin de journée, alors que le soleil disparait derrière l'horizon, les poissons remontent vers la surface et nous nous retrouvons au centre d'un banc pour notre plus grand plaisir et pour celui des puffins cendrés qui se mettent à chasser autour du bateau. Très beau spectacle son et lumière.

14 septembre 2006 Côté météo, rien à voir avec la veille. Pendant la nuit le temps s'est dégradé et ce matin la pluie est au rendez vous. Des averses régulières mais surtout un ciel gris très menaçant qui nous fait hésiter à partir en mer. Le départ ne se fera que vers 14h30 alors que des éclaircies apparaissent. 5h30 de mer pour enfin tomber sur un groupe de Grands Dauphins Tursiops truncatus joueur. Succession de bonds en solo, en duo, production de sons métalliques, jeunes qui paressent en surface, ces dauphins là sont originaux. Ils s'approchent du bateau, nous tentons des photos mais le soleil est déjà derrière l'horizon et la chappe de nuages obscurcie le ciel. On termine les dernières photos au 1/40è de seconde en 1600 asa, pas de quoi obtenir des photos de qualité, dommage pour une fois que l'on pouvait photographier autre chose que des ailerons...

15 septembre 2006. Fort vent annoncé avec des pointes à 9 Beaufort sous orages. Courageux, nous tentons une sortie mais dès que l'on quitte l'abri du golfe, les vagues et la houle rendent la naviguation difficile. Inutile de prendre des risques et retour illico au port où l'on finit de préparer nos affaires. Le temps restant est consacré à l'observation de quelques Venturons corses Serinus corsicana et à la recherche de reptiles. Une Tarente Tarentola mauretanica et du Lézard tyrrhénien Podarcis tiliguerta se chauffent sur les enrochements du port, parfait pour quelques photos. Retour en fin d'après midi vers Bastia

Lever du soleil sur les montagnes corses
Puffin cendré en chasse à la tombée de la nuit
Tursiops joueurs
Bonds de Tursiops sur fond de Scandola
Venturon corse Serinus corsicana
Lézard tyrrhénien Podarcis tiliguerta